Technologie

#ToutAutonome

Tout est clair entre l'homme et la machine ?

minutes temps de lecture
Tags: ZéroAccident, IntelligenceArtificielle , Sécurité
Est-ce toi qui conduis ou moi ? Plutôt qu'entre deux personnes, cette question se pose maintenant entre l'homme et la machine.
Achim Neuwirth, septembre 03, 2019
author_image
Achim Neuwirth écrit pour le compte de ZF depuis 2011. Il s'est spécialisé dans l'écriture d'articles sur tous les sujets concernant le secteur de l'automobile - des véhicules à leur technologie, de la conduite à la circulation.
Stefan Knöss, ingénieur ZF travaillant dans l'unité centrale Systèmes de mobilité sûrs (DIAS) au sein du département Ingénierie avancée, explique comment cette relation peut être harmonieuse.

Régulateur de vitesse adaptatif, assistant de maintien de voie, système d'avertissement angle mort... Les assistants présents dans les véhicules modernes ne sont-ils pas trop nombreux ?

Régulateur de vitesse adaptatif, assistant de maintien de voie, système d'avertissement angle mort... Les assistants présents dans les véhicules modernes ne sont-ils pas trop nombreux ?

Bien au contraire. Toutes les personnes qui poursuivent sérieusement l'objectif de la Vision Zéro, la fin de tous les accidents de véhicules motorisés, devraient être favorables à l'assistance électronique et à l'automatisation. Après tout, l'erreur est humaine, et on estime qu'elle est à l'origine de plus de 90 % de tous les accidents. Les systèmes peuvent aider à la prévenir ou à en atténuer les conséquences. Mais la manière dont ces assistants fournissent des informations et des notifications à l'heure actuelle n'est pas toujours idéale.

La complexité des systèmes d'assistance peut-elle dérouter ?

La complexité des systèmes d'assistance peut-elle dérouter ?

Oui, cela peut être le cas. Des avertissements et sons émis soudainement, un signal haptique du volant ou du siège et d'autres opérations de contrôle automatiques que l'on n'arrive pas à identifier immédiatement, peuvent décontenancer les conducteurs. Malheureusement, cela engendre rapidement des divergences entre le gain de sécurité perçu et le gain effectif. Souvent aussi, les conducteurs ne savent plus quels assistants électroniques sont embarqués. Ou comment les configurer pour en tirer le meilleur parti. Tous ceux qui trouvent ces systèmes trop perturbants ou compliqués, risquent de les désactiver assez vite. Le raisonnement « Je ne le comprends pas, donc je n'en ai pas besoin » s'établit rapidement.
Stefan Knöss montrant le SHI Cockpit.

Est-ce que cela est vraiment un bon point pour la conduite automatisée ?

Est-ce que cela est vraiment un bon point pour la conduite automatisée ?

Lorsqu'une personne remet le contrôle du véhicule à l'ordinateur embarqué, tous les aspects de la communication doivent être parfaitement clairs. Cela s'applique bien sûr aussi aux cas où le véhicule redonne le contrôle au conducteur. Les fonctions assumées par les deux parties doivent être parfaitement limpides, de même que leurs champs de responsabilités respectifs. Nous désignons cela par « mode awareness », la conscience du mode.

Ce sont là des exigences sévères. Comment peut-on les implémenter ?

Ce sont là des exigences sévères. Comment peut-on les implémenter ?

Chez ZF, nous établirons de très bonnes relations entre les conducteurs et les pilotes électroniques. À l'avenir, toute personne conduisant un véhicule devrait se sentir à l'aise, comprendre les assistants électroniques embarqués et leur faire confiance. Le Safe Human Interaction Cockpit, ou SHI cockpit, fruit de la collaboration entre ZF et Faurecia, montre que cela est possible. De plus, le gain de sécurité va de pair avec le gain de confort.

À quoi ressemble la conduite dans un SHI Cockpit ?

À quoi ressemble la conduite dans un SHI Cockpit ?

Supposons aussi que le véhicule signale le souhait d'assurer une conduite automatisée et que je le souhaite aussi. Dans ce cas, je lâche le volant. Celui-ci se relève alors et se déplace vers l'avant du véhicule. Dans cette position, il cesse de réagir aux angles de braquage des roues avant. Le principe « steer by wire » s'y substitue. Au même moment, le siège effectue un mouvement perceptible vers l'arrière et le bas, et s'incline plus. Je peux me laisser conduire dans une position détendue, le volant et les pédales restant accessibles.

Et que se passe-t-il si le système décide de redonner le contrôle au conducteur ?

Et que se passe-t-il si le système décide de redonner le contrôle au conducteur ?

Tout reste harmonieux. Le SHI Cockpit me guide littéralement vers mes tâches de conducteur. Le siège et le volant se règlent automatiquement dans une position de conduite manuelle. Nous utilisons la voix humaine, une bande lumineuse dynamique et un siège vibrant pour fournir des informations complémentaires aux avertissements affichés. Le SHI Cockpit combine ces signaux de diverses façons et avec une intensité croissante, en fonction de la réactivité du conducteur et de la qualité de ses réactions.

Supposons qu'un conducteur ou une conductrice ignore ce que le SHI cockpit attend de lui ou d'elle.

Supposons qu'un conducteur ou une conductrice ignore ce que le SHI cockpit attend de lui ou d'elle.

Dans ce cas, le véhicule peut être programmé pour s'arrêter tout seul à un endroit approprié déterminé par les systèmes de détection embarqués qui surveillent l'environnement du véhicule. La sécurité est une exigence fondamentale pour nous en relation avec l'automatisation. Nous garantissons aussi un haut standard de sécurité des occupants dans le SHI Cockpit avec le réglage étendu des positions de siège et de volant. Certains airbags et ceintures de sécurité actives sont intégrés dans le siège. Nous avons entièrement redéfini ce dernier avec notre partenaire Faurecia. Cela rend l'implémentation du SHI Cockpit très réaliste. Je pense que cet aspect le distingue de nombreux autres concepts d'habitacle conçus pour la conduite assistée et automatisée. Pour les tests pratiques, nous avons non seulement réalisé un démonstrateur statique, mais aussi un vrai véhicule test. Toutes les réactions des testeurs ont été positives jusqu'ici.
« Notre Safe Human Interaction Cockpit montre à quel point il est facile de comprendre spontanément tous les assistants électroniques embarqués. »
— Stefan Knöss

Qu'en est-il des nouvelles fonctions confort ?

Qu'en est-il des nouvelles fonctions confort ?

Elles ont été très bien accueillies. Elles interviennent avant même que le véhicule ne démarre : le siège se trouve dans une position inclinée reculée. Le volant aplati est replié et légèrement tourné. Ces deux conditions rendent l'accès plus confortable. Puis, la caméra intérieure devient active et reconnaît la stature de la personne. Le siège et le volant déplacent le conducteur dans une position adéquate pour une conduite manuelle. Pour faciliter la sortie du conducteur, tout se règle de nouveau dans la position initiale à l'arrêt du véhicule. La combinaison de solutions ZF et Faurecia offre le meilleur confort possible aux utilisateurs pour entrer et sortir du véhicule.

Comment le SHI Cockpit aide-t-il les conducteurs à mieux interagir avec les systèmes d'assistance en mode de conduite manuel ?

Comment le SHI Cockpit aide-t-il les conducteurs à mieux interagir avec les systèmes d'assistance en mode de conduite manuel ?

Un concept clé dans ce domaine est le système Active Vehicle Aura, connu sous l'abréviation AVA. Il fonctionne à deux niveaux. Dans un premier temps, nous avons interconnecté d'une nouvelle manière tous les systèmes d'assistance tels que le régulateur de vitesse adaptatif, l'assistant angle mort et l'assistant de maintien de voie. Au deuxième niveau, visible, nous avons fait de gros efforts pour que l'AVA se présente d'une manière absolument claire au conducteur, et ce par le biais d'un écran central dans le cockpit, sous la forme de trois lignes ovales maximum. Ces lignes apparaissent autour du véhicule virtuel, qui est reproduit avec son environnement.

Selon l'UE, à partir de 2024, presque
20
systèmes d'assistance seront obligatoires dans toute nouvelle voiture. De nombreuses automobiles auront beaucoup plus de copilotes de pointe à bord. Dans le Safe Human Interaction Cockpit de ZF, les conducteurs peuvent surveiller et contrôler physiquement ces assistants d'une façon extraordinairement simple.

Cela permet-il de reconnaître plus facilement l'activation des aides électroniques ?

Cela permet-il de reconnaître plus facilement l'activation des aides électroniques ?

Oui, tout à fait. Chaque fois que l'AVA détecte un risque, les lignes sur l'écran changent de couleur et de forme à l'emplacement concerné. Cela peut par exemple se produire lorsqu'un conducteur change de voie malgré la présence d'un autre véhicule dans l'angle mort. Cette situation est montrée à l'écran et les systèmes d'assistance interviennent simultanément pour empêcher cette action et prévenir un accident.

Mail l'ajustement est-il aussi facile à comprendre que l'écran ?

Mail l'ajustement est-il aussi facile à comprendre que l'écran ?

En appuyant avec un doigt sur le volant, vous déterminez la sensibilité de l'AVA aux conditions de circulation. Lorsque trois lignes sont affichées, tous les assistants interviennent en douceur et à un stade précoce. S'il y a juste une ligne ovale, ils interviennent plus tard et de façon plus marquée. Dans le SHI Cockpit, il est donc toujours facile pour le conducteur de travailler avec des systèmes complexes, qu'il commande le véhicule manuellement ou soit assisté par son nouvel ami électronique.