Technologie

#ToutAutonome

Conduite autonome : transfert du contrôle

minutes temps de lecture
Tags: IntelligenceArtificielle , SeeThinkAct, Connectivité
De Frankenstein à Matrix : la littérature et les films sont truffés de conflits entre l'homme et la machine. La plupart des gens auraient aussi du mal à déléguer le contrôle à un véhicule autonome. Mais l'automatisation offre de nombreux avantages.
Lars Weitbrecht, août 27, 2019
author_image
Lars Weitbrecht Issu du monde de la musique et de l’industrie du jeu, Lars Weitbrecht apprécie de tenir une manette ou une guitare entre ses mains, ainsi que la sensation de pouvoir qu'il ressent quand il prend un stylo ou le volant.
Hollywood façonne notre mode de pensée. Qu'il s'agisse du supercalculateur meurtrier HAL 9000, de Terminator ou des agents machiavéliques de Matrix : la bataille entre les êtres humains et les machines est un conflit que la culture pop aime mettre en avant. Et l'influence de ces œuvres dépasse le 7ème art pour s'étendre aux débats éthiques concernant l'intelligence artificielle et l'automatisation.

Les véhicules autonomes suscitent des doutes

Les véhicules autonomes suscitent des doutes

Cela vaut aussi pour les automobiles. De nombreuses personnes seraient en effet très réticentes à déléguer entièrement le contrôle à un véhicule autonome. Ainsi, par exemple, 67 % des personnes interrogées dans le cadre du sondage mené à l'initiative de la Fondation Bertelsmann ont exprimé des doutes à l'égard de véhicules complètement autonomes. 83 % des sondés ont invoqué la perte de contrôle du véhicule comme raison. Cette crainte vient après la peur d'accidents et d'une défaillance technologique.

Un facteur clé pour prévenir des accidents

Un facteur clé pour prévenir des accidents

Selon d'autres études, cette peur est infondée. L'automatisation est actuellement un facteur important pour rendre le transport routier plus sûr. « Au cours des prochaines décennies, les systèmes d'assistance automatisée et la conduite entièrement automatique joueront un rôle décisif dans la prévention d'accidents de la route graves voire mortels », affirme en substance l'étude prospective de l'ADAC intitulée « L'évolution de la mobilité ». Ils aideront surtout à atténuer le manque de vigilance comme risque d'accident. Ce qui, à l'échelle mondiale, est l'une des premières causes de télescopage. Dans quelques pays, l'inattention a même délogé la conduite en état d'ébriété de la première place.
On sait que la conception du cerveau humain n'est pas idéale pour conduire un véhicule. Piloter une automobile à haute vitesse en toute sécurité sans perdre de vue les panneaux de circulation et les nombreux autres véhicules sur la route, demande un effort mental considérable. Et comme nous sommes des êtres humains, nous ne pouvons pas accomplir cette tâche avec le même degré de concentration en continu. De nombreux automobilistes se sentent dépassés derrière le volant. C'est pourquoi nous avons des aides électroniques pour nous aider à compenser nos faiblesses dans les situations routières de plus en plus complexes.

Voici trois domaines dans lesquels la technologie fournit une réelle assistance :

Voici trois domaines dans lesquels la technologie fournit une réelle assistance :

1. Visibilité
D'une manière générale, les systèmes radar, lidar et caméras ont une meilleur vision que nous – et présentent de bien meilleures performances dans l'obscurité et face à des conditions environnementales difficiles, telles que des routes mouillées, le brouillard ou la neige. En supposant toujours, bien sûr, que les capteurs conviennent à ces conditions. Associés de façon intelligente, ils permettent d'obtenir une vue globale étendue et détaillée sur 360°.

2. Vigilance
Un ordinateur ne connaît pas de fatigue. Même s'il se trouve cent fois dans le même cas, il reste entièrement « concentré ». Les situations similaires et monotones, en revanche, sont la première cause de perte de vigilance chez l'humain. Mais un haut degré d'automatisation impose l'utilisation d'un supercalculateur. Avec ZF ProAI RoboThink, ZF propose l'ordinateur mainframe à fonctionnalité AI (intelligence artificielle) le plus puissant de l'industrie automobile.

3. Réactivité
Comme l'indique l'expression « être paralysé par la peur », un temps précieux s'écoule avant que les personnes ne rassemblent leurs esprits et réagissent à une certaine situation. Lorsqu'un système de prévention de collisions détecte un obstacle, il réagit pratiquement sans délai, en ayant ainsi un grand impact sur la distance de freinage. ZF développe aussi des systèmes intelligents de freinage d'urgence et de prévention de collisions pour soutenir les conducteurs dans diverses situations critiques.

Personnes et machines : un tandem efficace

Personnes et machines : un tandem efficace

Il n'en demeure pas moins que les personnes maîtrisent mieux certaines conditions de trafic routier que la technologie. C'est notamment le cas lorsqu'il s'agit d'évaluer la situation dans son ensemble. Les êtres humains sont capables de saisir intuitivement des situations (y compris des scénarios routiers) d'une manière globale et – selon l'expérience individuelle – rapide. Nous savons instantanément si l'obstacle devant le véhicule est un sachet en papier qui voltige ou un chien qui traverse la route. Les machines doivent encore apprendre à interpréter fiablement les images et données des capteurs.
En d'autres termes, dans un avenir relativement proche, il s'agit d'établir une bonne interaction entre les personnes et les machines. Avec son système de niveau 2+, le ZF coPILOT, ZF montre comment cela pourrait se faire. Ce système avancé d'aide à la conduite, truffé d'intelligence, renferme des fonctions de conduite et de sécurité qui dépassent nettement le niveau de performance d'un système de niveau 2 standard pour la conduite semi-autonome. Le ZF coPILOT analyse par exemple en continu l'environnement du véhicule, ce qui lui permet de reconnaître les piétons ou un trafic venant en sens inverse, et d'assister les conducteurs humains s'ils ne remarquent pas tout.

Autres articles associés