Technologie

©shutterstock
#MobilityLifeBalance

La pollution de l'air, un problème persistant

minutes temps de lecture
Tags: ZéroÉmission, #MobilityLifeBalance
Des villes dans le monde entier souffrent des conséquences de l'explosion fulgurante de la circulation routière. Bien que cela soit un défi, il n'est pas impossible de gérer la pollution de l'air.
Kathrin Wildemann, juillet 01, 2019
author_image
Kathrin Wildemann est membre de l'équipe permanente de rédaction de ZF depuis 2016. Elle aime consacrer ses articles qu'elle publie en ligne et hors ligne, à la mobilité électrique ainsi qu'à d'autres thèmes en rapport avec la durabilité.
Être dehors et respirer l'air frais sous un soleil radieux et un grand ciel bleu. Faire du jogging dans le parc, jouer au ballon avec les enfants du voisin, flâner dans la ville le soir et déguster une bière sur une terrasse extérieure avec des amis à la fin de la journée. Un scénario de rêve ! Ces activités, qui devraient constituer une part importante de la vie de tous les jours, comportent cependant de plus en plus de risques pour la santé et la vie dans de nombreuses villes. Les particules fines, les oxydes d'azote et le monoxyde de carbone étouffent littéralement l'air que nous respirons dans les villes à l'échelle planétaire.

L'air pollué, un problème mondial aigu

L'air pollué, un problème mondial aigu

Les émissions ont un impact majeur sur la santé. Le brouillard polluant cause entre autres des maladies cardiovasculaires et respiratoires, des malformations fœtales pendant la grossesse et des cancers. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 4,2 millions le nombre de personnes décédant chaque année des conséquences de la pollution atmosphérique. La situation est alarmante dans les pays émergents et en voie de développement. Dans ces parties du monde, presque toutes les villes comptant au moins 100 000 habitants dépassent les limites définies par l'OMS, et ce parfois très largement. Dans les pays industrialisés, la situation est plus favorable. Mais 56 % de villes dans ces pays dépassent tout de même les seuils prescrits. Au total, 9 personnes sur 10 dans le monde respirent de l'air excessivement pollué.

Les centres-villes suffoquent dans les nuages d'émissions d'échappement

Les centres-villes suffoquent dans les nuages d'émissions d'échappement

Ce n'est pas un hasard si la population dans les agglomérations est la plus touchée. De plus en plus de personnes vivent dans les villes, et leurs besoins en mobilité poussent l'infrastructure de transport jusqu'à ses limites. D'ici 2050, deux tiers de la population mondiale vivront dans un environnement urbain. De plus en plus d'automobiles, de cyclomoteurs et de camions congestionneront les routes et les autoroutes urbaines, en générant d'énormes quantités de gaz d'échappement. Bien que la circulation routière ne soit pas la seule source de pollution, loin s'en faut, elle contribue d'une façon substantielle au problème. L'OMS estime que jusqu'à 50 % des émissions particulaires dans les pays de l'OCDE proviennent des tuyaux d'échappement de véhicules équipés d'un moteur à combustion interne.
Un autre facteur non moins problématique est lié au mélange nocif d'oxydes d'azote et de particules fines : les gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone, sont préjudiciables au climat et responsables du réchauffement planétaire. Selon des indications de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la circulation routière a produit en 2016 plus de 18 % des émissions mondiales de CO₂.
© getty images
Dans de nombreuses grandes villes, le brouillard polluant est devenu le compagnon quotidien des résidents.

90 %
de toutes les personnes dans le monde respirent un air dont la teneur en polluants dépasse les valeurs limites définies par l'OMS.

L'électricité comme arme contre le brouillard polluant et les gaz à effet de serre

L'électricité comme arme contre le brouillard polluant et les gaz à effet de serre

Les villes et gouvernements à l'échelle mondiale essaient de combattre la pollution atmosphérique de différentes façons. Quelques villes, par exemple, le font en interdisant la circulation de véhicules de différentes façons. Cette interdiction de rouler peut concerner les autobus et les poids lourds diesel à Copenhague et s'étendre au dimanche sans circulation à Bogota. Mais les restrictions ne constituent pas une solution à long terme. Nous avons besoin d'alternatives au transport privé basé sur des moteurs à combustion interne. La mobilité électrique est une approche importante dans ce domaine. Car une propulsion électrique ne produit pas de gaz d'échappement – que le véhicule soit tout électrique ou hybride. La nouvelle génération de véhicules électriques hybrides peut parcourir aujourd'hui de plus longues distances avec une propulsion tout électrique. Le moteur à combustion interne est conçu comme propulsion complémentaire pratique pour les longues distances. Il va sans dire que les entraînements électriques sont aussi une option intéressante pour réduire d'une manière durable les émissions d'autobus urbains, de poids lourds et même d'engins de travaux publics.
En même temps, ces administrateurs urbains pionniers s'engagent en faveur d'infrastructures bien développées pour améliorer la qualité de l'air. Ils associent la circulation de masse à la fourniture de solutions de micro-mobilité et de mobilité en tant que service. Copenhague, avec son réseau dense de pistes cyclables pour vélos classiques et électriques, en est un exemple. Aujourd'hui, près de la moitié des navetteurs dans le centre-ville de Copenhague se déplacent sur deux roues.
La nouvelle génération de véhicules électriques hybrides peut parcourir aujourd'hui de plus longues distances avec une propulsion tout électrique. Le moteur à combustion interne est conçu comme propulsion complémentaire pour de longs trajets.
©getty images
Même les personnes qui utilisent des moyens de transport sans émissions de substances polluantes souffrent des gaz d'échappement.

#MobilityLifeBalance

Dans le cadre d'une initiative, ZF examine des offres de mobilité pour montrer où et comment des améliorations sont possibles, en se focalisant toujours sur les personnes.

Articles associés