Technologie

#ToutAutonome

La conduite autonome : la clé du succès

temps de lecture de minutes
Tags: IntelligenceArtificielle , IntelligenceArtificielle

La conduite autonome exige une intelligence artificielle (IA) et une énorme puissance de calcul. ZF ProAI RoboThink est la commande à IA la plus puissante du monde automobile. Les différents modèles de ZF ProAI offrent une flexibilité inédite.
Lars Weitbrecht, janvier 07, 2019
author_image
Lars Weitbrecht Issu du monde de la musique et de l’industrie du jeu, Lars Weitbrecht apprécie de tenir une manette ou une guitare entre ses mains, ainsi que la sensation de pouvoir qu'il ressent quand il prend un stylo ou le volant.
Un conducteur doit être capable de traiter une grande quantité d'informations. Actuellement, cela est assuré par des êtres humains – et, en partie, par des systèmes d'aide à la conduite. Mais bientôt, les véhicules sauront rouler tout seuls. Afin que les véhicules sans conducteur puissent réagir correctement et de manière sûre dans toutes les situations, ils doivent être dotés d'une intelligence artificielle (IA) et d'un « cerveau » électronique disposant d'une énorme puissance de calcul. Avec la nouvelle génération de commandes basées sur l'IA, ZF ProAI, le groupe ZF prouve qu'il a trouvé la clé du succès pour la conduite autonome.

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir de combien d'informations visuelles un être humain est littéralement bombardé chaque seconde ? Des chercheurs ont calculé que, chaque seconde, nos nerfs optiques transmettent environ un million d'informations à notre cerveau. Et ce calcul suppose que les informations ont déjà été comprimées par la rétine avant d'atteindre le cerveau.
Les véhicules peuvent, eux aussi, comprendre leur environnement de différentes manières. Les systèmes d'aide à la conduite basés sur des caméras et des systèmes de radar ont considérablement amélioré la sécurité de conduite ces dernières années. À présent, les constructeurs et les fournisseurs comme ZF préparent l'étape suivante : la conduite autonome. Lorsque les véhicules sauront rouler tout seuls, l'erreur humaine – qui selon les statistiques est la cause d'accident la plus probable – n'aura plus d'importance.

Conduite autonome – la Nouvelle Génération

Conduite autonome – la Nouvelle Génération

Les véhicules sans conducteur doivent être dotés d'une intelligence artificielle (IA). En effet, il est impossible de programmer à l'avance chaque situation qui pourrait se produire sur la route, accompagnée de la solution correspondante. Au lieu de cela, les véhicules sont développés de manière à disposer de facultés cognitives similaires à celles du cerveau humain afin qu'ils puissent prendre des décisions qui n'ont pas été programmées à l'avance. En une fraction de milliseconde, les véhicules autonomes doivent pouvoir saisir intégralement l'environnement qui les entoure, interpréter cette information, vérifier leur propre position, suivre la position de toute source de danger et, bien entendu, calculer et effectuer des manœuvres de conduite.

ZF ProAI RoboThink peut effectuer
150000000000000
opérations (150 téraFLOPS) par seconde

ZF ProAI RoboThink

Cela exige une puissance de calcul incroyable – que les commandes standards actuelles ne sont pas capables d'offrir. C'est la raison pour laquelle ZF a développé ZF ProAI RoboThink, un supercalculateur automobile compatible avec l'IA, qui a été présenté dans le cadre du salon CES 2019 et qui est la commande automobile la plus puissante du marché dans cette gamme de produits. Ce modèle le plus récent de la famille de produits ZF ProAI possède son propre processeur graphique, offre une puissance de calcul de plus de 150 téraFLOPS (soit 150 000 milliards de calculs par seconde) et peut être combiné de façon modulaire avec quatre unités maximum, ce qui correspond à une puissance totale de 600 téraFLOPS. À titre de comparaison : en 1969, l'ordinateur du vaisseau spatial Apollo 11 était capable d'effectuer 41,6 opérations par seconde.

Une puissance adaptable à chaque application

Une puissance adaptable à chaque application

L'extensibilité de la plate-forme ZF ProAI est particulièrement intéressante pour les constructeurs automobiles. « Le concept matériel modulaire ainsi que l'architecture logicielle ouverte sont les plus importants arguments de vente de ZF ProAI », explique Torsten Gollewski, directeur de l'unité Advanced Engineering and Design chez ZF et Directeur Général de ZF Zukunft Ventures GmbH. Les quatre modèles de la famille de produits ZF ProAI peuvent être configurés de façon optimale pour toutes les applications – des fonctions d'aide à la conduite de base jusqu'aux voitures autonomes et applications industrielles. Les clients peuvent également choisir leur propre architecture logicielle. ZF est à même de couvrir l'ensemble de la gamme des applications possibles avec quatre modèles :
  • Gen1, le modèle d'entrée de gamme pour les systèmes d'aide à la conduite conformes aux normes Euro NCAP 2022
  • Gen2 pour la conduite partiellement et hautement automatisée de niveau 2 ou 3
  • Gen3 pour la conduite hautement automatisée jusqu'au niveau 4
  • RoboThink pour la conduite autonome, qui correspond au niveau 4 ou supérieur

Famille de produits ZF ProAI

La mobilité comme service : l'épreuve ultime de la puissance de calcul

La mobilité comme service : l'épreuve ultime de la puissance de calcul

Selon les experts, la plus forte demande de commandes basées sur l'IA viendra des services de « ride-hailing » (forme de VTC basée sur application). Les robots-taxis sans chauffeur sont supposés aider à réduire les émissions de CO₂ et les embouteillages dans les villes, et donc à gagner du temps et à préserver l'environnement, tout en permettant une mobilité individuelle. La demande d'une grande puissance de calcul est particulièrement forte dans ce domaine. « La demande d'une plus grande puissance de calcul de la part des prestataires de services de ride-hailing est apparue bien plus tôt que prévu. Le marché de la conduite autonome sera davantage dominé par de nouveaux fournisseurs de services de mobilité que par des constructeurs automobiles établis », déclare M. Gollewski. Pourquoi ? Dans ces applications de « mobilité en tant que service » (Mobility-as-a-Service, MaaS), les véhicules doivent non seulement analyser tout ce qui se passe autour d'eux, ce qui représente déjà une tâche assez complexe, mais aussi intégrer les données d'utilisateur provenant du cloud, effectuer des paiement et, surtout, calculer et suivre l'itinéraire optimal. Ces itinéraires sont calculés sur la base des besoins de mobilité et de transport de personnes et de biens à l'aide d'algorithmes complexes et sont comparés aux conditions de la circulation en temps réel. Tout cela n'est possible qu'avec un ordinateur central extrêmement puissant – comme le ZF ProAI RoboThink.